Qui se cache derrière le label RND. Records ?

Cela faisait longtemps que nous ne nous étions pas retrouvés autour d’une entrevue servie bien fraîche, agrémentée d’une pointe de curiosité et de beaucoup de passion. Avec l’arrivée imminente des vacances (qui sont peut-être déjà là pour vous), l’envie est plutôt au sable fin et aux nuits sans fin qu’à la lecture. Toutefois, on voulait vous faire parvenir quelques bonnes ondes en provenance de la côté ouest pour votre repos estival bien mérité. Et puis, on se disait que ça vous ferait un peu de lecture sur la plage ou dans les transports. Allez, un dernier petit effort, et puis vous pourrez retourner vous la couler douce au bord de l’eau, c’est promis !

Aujourd’hui, on retrouve Pierre Floch, fondateur du label RND. Records et propriétaire d’un concept store à la fois éclectique et pointilleux du côté de Guidel-Plages. C’est plutôt la partie musique qui nous intéresse ici, puisque nous avons décidé de poser quelques questions à Pierre concernant son label, qui enchaîne les releases d’artistes aussi talentueux qu’hétéroclites.

Peux-tu te présenter et présenter ton label RND. pour ceux qui ne connaissent pas encore ?

Je m’appelle Pierre Floch et j’ai tout juste 23 ans (et oui je ne suis qu’un grand enfant). Je vis actuellement en Bretagne, là où j’ai passé une majeure partie de mon enfance. Avant de revenir en terre sainte, j’étais sur Paris pendant 4 ans, ce qui m’a permis de complètement m’intégrer à la scène électronique Parisienne / Française. J’ai monté RND. Records il y a un peu plus de 2 ans, comme ça sur un coup de tête, une nuit à 4h du matin. La direction artistique du label est vraiment large, Techno, Industrial, EBM, Post-Punk, Break, Trance 90’s… Bref, ça balaye pas mal de styles.


Comment t’es venue l’envie d’officier dans la vie nocturne ? À l’origine, tu fais quoi dans la vie ?

Le monde de la nuit m’a toujours passionné, et puis un jour je me suis dis, vas-y, lance-toi, fais tes soirées, mets toi à mixer, et petit à petit (avant que j’arrive sur la capitale) je me suis donc mis à mixer et à organiser des raves dans une belle “maison de Douaniers”. Au fur et à mesure j’ai créé les soirées “ROUND.“, puis je me suis lancé dans le management artistique, j’ai donc monté une agence de booking où j’ai eu la chance de bosser avec de superbes artistes (12 exactement), que l’on retrouve maintenant sur la scène internationale (Sharplines, Nico Moreno, AG799 ou encore Ben Techy). Et pour finir, j’ai monté le label, RND. Records (qui n’a rien à voir avec les soirées ROUND. du début) et là, une nouvelle passion s’est installée ! 

À l’origine, je suis un étudiant Breton exilé à Paris, qui ne savait pas trop quoi faire de sa vie pour ne pas dire pas du tout. J’ai toujours suivi mes centres d’intérêt pour avancer, et je n’ai aucun regret, puisque maintenant j’ai quitté Paris et monté mon propre commerce sur la côte Bretonne, à Guidel-Plages exactement (un concept store qui regroupe pas mal de choses dont la vente de vinyles). C’est d’ailleurs ce qui à fait que j’ai fermé l’agence de booking et arrêté les soirées ROUND. Bien évidemment, j’ai conservé la partie records label. 


Avec la floraison de labels de toutes parts, n’est-ce pas difficile de se faire une place ? Quelle est la clé pour se différencier des autres ? 

Haha, c’est pire que les brasseries en Bretagne ! En effet, un paquet de labels se montent chaque semaine, et oui, il se peut que certains aient du mal à se faire une place. L’information est souvent noyée dans cet océan de labels et de sorties, mais personnellement je ne suis pas et je n’ai jamais été à la recherche du succès, je fais ce que j’ai à faire et je suis pleinement épanoui ainsi.

Je ne suis pas sur qu’il y ai vraiment de recette pour se différencier, je penses plutôt qu’il est important de sortir / produire les gens qui t’inspirent le plus, ceux que tu suis et ceux en qui tu crois bien évidemment. L’important n’est pas le nom sur la pochette du vinyle, c’est plutôt la musique qui s’y trouve !


Tu es seul derrière ce projet, tu préfères travailler en solitaire, ou d’autres personnes sont potentiellement amenées à te rejoindre ?

Dans beaucoup de projets j’ai été seul et ça a toujours mieux marché ainsi (plus de liberté et jamais mieux servi que par soi-même). Et même si un jour je croule sous la masse de travail (car oui, un label, c’est du boulot, surtout avec une sortie par mois minimum), et que je ne peux plus être seul, tant pis, je ralentirai le rythme.


Comment choisis-tu les artistes avec qui tu travailles ?

Il y a les coups de coeur, d’autres que je suis depuis longtemps et qui m’inspirent, et puis certains m’envoient des démos que je valide, ou non, mais c’est très rare que je choisisse un artiste après qu’il m’ait envoyé des démos. D’ailleurs, je n’en accepte plus depuis quelques mois, car ça me prend beaucoup de temps. En revanche, j’écoute tout, je réponds aux mails, je n’arrive pas à m’en empêcher !


Un artiste résolument à suivre en ce moment, avec qui tu as travaillé ?

Sharplines, et Crystal Geometry, sans aucun doute !


Tu as récemment organisé une soirée au Macadam, en collaboration avec le label Intervision, quel a été ton ressenti ?

La soirée était incroyable, j’adore ce club, un de mes préféré en France je pense. Liberté, système son réglé à la perfection et un superbe accueil de nos amis d’Androgyne, sans parler du magnifique DJ booth. 

C’était la première soirée que j’organisais à Nantes et j’étais un petit peu stressé, car je sais que le public Nantais a ses spécificités, comme les autres, et qu’il est difficile de faire des entrées quand tu n’es pas du quartier… Mais finalement, la porte n’était même pas ouverte qu’il y avait déjà 2 couples qui attendaient devant le club, et puis passé minuit et demi, on s’est fait déboîté bien comme il le fallait, pour notre plus grand plaisir !

De gauche à droite : End Of Mortal Life, Illnurse, DJ Varsovie, Δ-01A, Panzer & BLNDR

Quelle est la chose dont tu es le plus fier grâce à ton label ? Qu’est-ce que ce dernier t’a apporté ?

Je penses qu’il y a différentes formes de fierté quand tu montes un label. La première étant de voir que tu fais des ventes, parce que sans ça, difficile de payer les studios de mastering et le reste. La seconde, c’est voir des “gros” artistes jouer des sons du label. La troisième, c’est sans doute de recevoir des demandes de soirées au noms du label avec des artistes du label. 

Tout cela m’a surtout apporté une énorme motivation pour continuer et ne jamais rien lâcher. 


Quelles sont les dernières actualités du label ? Des sorties de prévues ?

000 vient de sortir un EP sur le label, incluant deux remixes, l’un par Radical G, et l’autre par Tham !

Autre sortie dont on ne se lasse pas : le dernier EP de GEWALT, frais d’il y a tout juste un mois, également sorti sur le label RND.Records ! Ça sent bon le soleil et l’air marin. Un puits de lumière, à écouter tout l’été, avant le retour des quelques averses et du temps grisâtre de l’automne. L’EP inclus également un remix d’End Of Mortal Life (dont l’interview est disponible ici) ainsi qu’un remix de MIND|MATTER (dont l’interview est disponible ici). Solaire et addictif à souhait !

Retrouvez le label RND. Records sur les réseaux sociaux :

  • Facebook :

https://www.facebook.com/rndrecords0/

  • Bandcamp :

https://rndrecords.bandcamp.com/

  • Instagram :

https://www.instagram.com/__mind.matter__/

  • Soundcloud :